Le design en 2015, ce désespoir (Part. 1) : "Web Over"

En ce début d’année 2015, j’ai eu la chance de souffler ma 15e bougie dans le métier de la communication visuelle, du graphisme, mais aussi du web design, dans lequel je me suis engouffré il y a 6 ans en même temps que le freelance. En 2009, je me suis formé tout seul à la création de sites internet — sur le tas comme on dit — en apprenant directement à coder en HTML 4 et en CSS 2. Mes premiers pas sur le web se sont faits grâce à des sites comme Le Site du Zéro (désormais OpenClassrooms) ou Alsacréations (avec un S à la fin s’il vous plaît), avec l’aide précieuse d’un ami développeur passionné de référencement naturel (SEO), mais aussi en m’inscrivant sur Twitter et en suivant des comptes issus du milieu du graphisme, du web design ou du web en général. Seulement, en 2015, j’ai l’impression que le graphisme et le web design sont devenus des causes perdues. En 2015, j’ai la sensation que ces activités professionnelles, telles que nous les avons connues il n’y a encore pas si longtemps que ça, sont en train de vivre une douce et lente agonie, se rapprochant chaque jour un peu plus de la fin. Sans concession aucune, je vous propose un état des lieux des métiers tournant autour du design et un tour d’horizon des raisons qui ont fini par me convaincre que nous sommes tous en train de tuer le design, en commençant d’abord par le web.